Uderzo Astérix mort gaulois romains Goscinny

Albert Uderzo, le célèbre dessinateur de bande-dessinée, est décédé mardi 24 mars à l’âge de 92 ans. C’est grâce à lui et à son ami René Goscinny, qu’Astérix le Gaulois, l’un des plus célèbres personnages de bande-dessinée, a pu voir le jour. Avec cette disparition, l’irréductible gaulois est désormais orphelin de ses deux créateurs, laissant derrière plus de six décennies à parcourir la Gaule et se battre contre les envahisseurs romains.

Les aventures de Mickey et Popeye, le berceau de son enfance

Albert Uderzo nait en 1927, dans la ville de Fisme, à proximité de Reims. Il passe son enfance en banlieue parisienne. Son enfance aura été bercée par le journal de Mickey, qui parait pour la première fois en 1934. Le jeune dessinateur en devenir se passionne pour les aventures de Mickey Mouse puis par celles de Popeye, qu’il découvre quelques années plus tard. Les aventures de Popeye resteront pour lui une source d’inspiration importante.

Bien qu’il fût passionné par le dessin, il souhaitait devenir mécanicien. Cependant, son frère, Bruno, voit en lui le talent nécessaire pour en faire un grand dessinateur et le présente à la société parisienne d’édition (SPE) alors qu’il n’a que 14 ans. C’est à cette période qu’il apprend les bases du métier de dessinateur et qu’il y rencontre l’auteur de bande-dessinée Edmond Calvo.

Le « coup de foudre mutuel » avec Goscinny

En 1950, Albert Uderzo est contacté par Yvan Chéron, le patron d’un agence Belge, pour réaliser des bandes-dessinées. Il y rencontre Jean-Michel Charlier, qui lui demanda d’illustrer la sérié Belloy, publiée de 1950 à 1954.

Mais cette période signe également les premières pages d’une rencontre qui va changer sa vie. Lors de ses collaborations avec Yvan Chéron, il rencontre et se lie d’amitié avec René Goscinny. Les deux hommes, évoquent chacun d’excellentes relations : un « coup de foudre mutuel » pour Goscinny et une rencontre « capitale et décisive » pour Uderzo. Après avoir « a parlé des heures et décidé de travailler ensemble« , expliquait René Goscinny, les deux hommes se lancent dans une collaboration qui fera d’eux le duo le plus connu de la bande-dessinée.

Astérix le Gaulois : l’œuvre d’Uderzo et Goscinny

En 1959, leurs coups de crayons et leurs coups d’éclats spirituels aboutissent à la création d’un univers qu’ils qualifiaient de « tout en -ix« , avec au cœur de l’intrigue, une bande d’irréductibles Armoricains encerclés par les romains. La première aventure d’Astérix paraît en octobre 1959 dans le magazine Pilote et rencontre un franc succès. Il faudra ensuite attendre deux ans de plus avant qu' »Astérix le Gaulois« , le premier album de l’aventure du héros à la potion magique ne voit le jour.

Depuis 60 ans, les bandes-dessinées contant les histoires d’Astérix et Obélix se sont vendus à près de 400 millions d’exemplaires et sont aujourd’hui déclinés dans 111 langues différentes. Pour de nombreux professionnels du dessin et amateurs de la bande-dessinée, l’histoire d’Astérix est devenue un « lieu de mémoire » de l’identité française, qui parodie, avec finesse, le mythe « de nos ancêtres les Gaulois« , qui cherchent, encore et toujours, à lutter contre l’envahisseur romain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *