Le géant du streaming accusé de répandre de fausses informations sur le Covid via un de ses célèbres podcasts, promet d’être plus regardant à à cet égard.

Spotify tente de rallier ses détracteurs. Le patron du numéro 1 mondial du streaming, Daniel Ek, a fait savoir dimanche soir que son groupe initierait prochainement un certain nombre de réformes applicables aux contenus diffusés via ses canaux, surtout ceux traitant des sujets aussi sensibles que le Covid-19, à l’instar de la tranche de Joe Rogan.

Ce dernier anime depuis septembre 2020, « The Joe Rogan Experience », un podcast d’actualités de plusieurs heures, diffusé maintes fois par semaine, avec des invités aussi prestigieux qu’Elon Musk, Edward Snowden ou encore Bernie Sanders. Hélas – et c’est là où le bât blesse – l’émission mêle bien souvent complotisme et désinformation sous l’impulsion de son animateur réputé antivax.

Controverse

Joe Rogan a ainsi déconseillé par le passé la vaccination anti-Covid aux jeunes abonnés de son podcast. Il a également promu un traitement scientifiquement non-prouvé contre le virus. Au grand dam des responsables américains qui déplorent un sabotage de leurs efforts contre la pandémie à travers cette tribune.

La question du traitement réservé à Joe Rogan par Spotify est devenue ces derniers jours, un sujet d’achoppement entre la plateforme suédoise et les artistes dont elle héberge le catalogue musical. Le rockeur Neil Young a ainsi claqué la porte du groupe, jeudi 27 janvier, pour protester contre la promotion du mensonge contre de l’argent. Sa compatriote Joni Mitchell a fait de même 24 heures plus tard. Des ruptures à l’incidence mineure pour Spotify. Puisque ces deux artistes cumulent à eux deux, à peine six millions d’abonnés. Bien loin des 11 millions d’auditeurs quotidiens de The Joe Rogan Experience. Ce qui en fait le podcast le plus écouté au monde.

Semblant d’action

Toutefois, le départ de Neil Young et Joni Mitchell a mis la lumière sur le laxisme de Spotify en termes de modération de contenus. Sans compter que le prince britannique Harry et son épouse Meghan, récemment signataires d’un accord de 25 millions de dollars avec l’entreprise suédoise, se sont dits préoccupés par la question, dimanche.

Est-ce la raison de la sortie de Daniel Ek quelques heures plus tard ? Le jeune patron a notamment indiqué que des liens renvoyant vers articles faisant foi scientifiquement, accompagneront désormais ses podcasts. Il se donne par ailleurs la possibilité de rappeler les créateurs de contenus à l’ordre en cas de nécessité, sans toutefois s’ériger en censeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.