Google Home mini

 

En 2021, plus d’un quart (29 %) des entreprises de l’UE de plus de 10 salariés ont utilisé des objets connectés, d’après un rapport d’Eurostat publié le jeudi 20 janvier 2022. Avec 22 % de groupes se servant de ces appareils, la France a pris du retard sur des pays comme l’Autriche (51 %), la Suède (40 %) et l’Allemagne (36 %).

Considéré comme la troisième évolution de l’Internet, baptisé Web 3.0, l’Internet des objets (Internet of Things en abrégé IoT) est une technologue sous forme de réseau permettant de connecter des appareils électroniques entre eux. Citons les assistants vocaux, la domotique, les montres connectées, les voitures intelligentes, les ordinateurs et les équipements industriels. Tous ces dispositifs ou machines peuvent être surveillés et contrôlés à distance via Internet. Ils ont pour but de collecter et d’échanger des données pour effectuer des tâches de manière autonome afin de faciliter la vie aux utilisateurs.

Des gains de productivité et de traçabilité dans l’industrie

Encore du domaine de la science-fiction il y a quelques années, l’Internet des objets a aujourd’hui envahi notre vie et notre environnement. D’ici une décennie, il s’imposera comme un usage indispensable dans une époque du smart city. Selon Eurostat, un organe de la Commission européenne chargé de l’information statistique, la base installée des appareils connectés à l’IoT pourrait attendre près de 31 milliards d’unités d’ici 2025.

« Au fur et à mesure que la technologie progresse, le coût des composants diminue, ce qui favorise le déploiement massif de l’IoT dans l’industrie […] » a expliqué Lionel Sujay Vailshery, expert de l’industrie électronique chez Statista. Selon lui, la généralisation de cette technologie permettra des gains importants de productivité et de traçabilité dans de nombreux secteurs industriels.

La France à 7 points de la moyenne européenne

Les données d’Eurostat montrent toutefois que les entreprises européennes présentent des niveaux d’appropriation très variables de l’IoT. Pourtant, la transformation digitale s’impose à tous comme un enjeu majeur de compétitivité économique. Les pays les plus avancés dans ce domaine sont l’Autriche (51 %), la Slovénie (49 %), la Finlande (40 %), la Suède (40 %) et l’Allemagne (36 %).

La France se trouve dans le ventre du classement, 19e, avec 22% des entreprises qui utilisent l’Internet des objets. Elle est précédée de l’Irlande (36%), de Chypre (34%), de l’Italie (33%), de la République Tchèque (31%), de la Belgique, de la Lettonie, la Lituanie et Malte (27%), de l’Espagne et de la Slovaquie (26%), de la Croatie et du Portugal (23%), ainsi que de la Grèce (22%).

Les Etats Unis au niveau de la moyenne européenne

La Pologne (19%), l’Estonie, la Bosnie-Herzégovine (17%), la Bulgarie (15%) et la Roumanie (11%) sont les pays les plus en retard en Europe. Aux Etats Unis, près de 29% des entreprises se servent de l’Internet des objets dans leurs activités. Soit la moyenne de l’UE.

Eurostat souligne par ailleurs que la part des grandes entreprises utilisant des dispositifs ou des systèmes IoT s’élevait à 48 % en 2021. Contre (37 %) pour les moyennes entreprises et 26 % pour les petites entreprises. En outre, 21% de ces groupes se sont servis de l’IoT pour garantir la sécurité de leurs locaux. Tandis que 9% l’ont fait pour la gestion de la consommation d’énergie et 7% pour la maintenance conditionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.