Alors que la livraison à domicile constitue un dispositif majeur pour la bonne tenue du confinement imposé par la propagation du coronavirus, le Groupe Casino vient d’annoncer l’entrée en service de son entrepôt automatisé qui intégrera la solution technologique développé par le britannique Ocado.

Un entrepôt situé près de Paris

Ces dernières années, le groupe de Jean-Charles Naouri accélère fortement sur le E-commerce alimentaire. Il a annoncé l’entrée en service, le 18 mars 2020, de son entrepôt automatisé intégrant la solution technologique Ocado et situé à Fleury-Mérogis, dans l’Essonne. L’accord pour la construction de ce site de 36 000 m2, a été signé entre Ocado et le groupe Casino en 2017 pour une ouverture au premier semestre 2020. Calendrier tenu!

En France, beaucoup d’acteurs du secteur de la distribution alimentaire ont défilé dans les entrepôts d’Ocado en Grande-Bretagne pour observer l’efficacité de son exécution et louer son degré d’automatisation comme l’informatisation de ses process et l’utilisation de l’intelligence artificielle. Mais Monoprix, la filiale du groupe Casino, a été la première enseigne à s’associer à Ocado pour moderniser sa chaîne de e-commerce alimentaire.

Ocado se différencie avec une technologie avant-gardiste

Avec 1,27 milliard de livres sterling de ventes en ligne en 2016 (1,49 milliard d’euros), le cybermarché britannique est le plus gros pure player d’e-commerce alimentaire au monde. Fondée en 2000 par trois anciens de Goldman Sachs (Tim Steiner, toujours aux manettes, Jonathan Faiman et Jason Gissing), la société se démarque par ses innovations dont les secrets sont jalousement gardés.

Parmi ses atouts : la ponctualité. En effet, 95 % des commandes sont livrées à l’heure, à J + 1. Et les clients peuvent changer leurs commandes jusqu’à tard la veille, et choisir le lendemain des créneaux d’une heure, allant de 6 heures du matin à 23 heures ! Autre point fort, la préparation d’une commande prend désormais cinq minutes, contre trois heures il y a quelques années. Une performance possible grâce à une technologie futuriste reposant sur une kyrielle de petits robots.

En outre, Ocado a un taux de déchets excessivement faible, de 0,02 %, soit un article perdu sur 6000 seulement. Ce qui constitue un exploit dans l’alimentaire.

Du biogaz pour les camions de livraison

En 2018, l’entreprise britannique comptait 721 000 clients qui commandent régulièrement, avec une moyenne de 50 articles par client, pour un montant de 106 livres soit près de 120 euros. Chaque jour, ses trois entrepôts (dont le dernier mis en service fin 2016 à Andover, dans le sud du Royaume-Uni) expédient un total de 1,7 million de produits. Grâce à son infrastructure exceptionnelle, Ocado a séduit de grands groupes comme les Britanniques Waitrose et Morrisons.

Selon un porte-parole chez Casino, le distributeur français adaptera la technologie d’Ocado au contexte français. Avec notamment le déploiement d’une « flotte de camions » qui « fonctionnera au biogaz », l’ouverture d’« un atelier de découpe du fromage » et plus tard la suppression du « plastique sur les fruits et légumes ».

Une collaboration qui va s’étendre

Si, dans un premier temps, seuls 100 salariés travailleront sur le site de préparation proche de Paris, avec la montée en puissance du dispositif, l’ambition est de porter d’ici quelques années ce chiffre à 1000, en plus des 1000 livreurs. Le groupe Casino proposera aux clients près de 50 000 références, contre 13 000 actuellement sur le site Monoprix.fr. Le leader de la distribution indique en outre qu’Ocado et lui « envisagent de développer, à terme, d’autres plateformes à proximité d’autres grands centres urbains ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *