Microsoft a confirmé lundi le rachat pour 7,5 milliards de dollars de de ZeniMax Media, maison-mère de l’éditeur Bethesda Softworks.

 

Microsoft a confirmé lundi le rachat pour 7,5 milliards de dollars de de ZeniMax Media, maison-mère de l’éditeur Bethesda Softworks. La multinationale informatique redistribue ainsi les cartes des exclusivités face à Sony pour la bataille entre la Xbox et la PS5.

Microsoft a annoncé, le lundi 21 septembre, qu’il a signé un accord pour acquérir ZeniMax Media, la maison mère de Bethesda Softworks (2300 salariés), l’éditeur derrière les succès planétaires Fallout et The Elder Scrolls, mais aussi Doom, Dishonored et Wolfenstein, pour 7,5 milliards de dollars. Un coup de maître qui vient renforcer l’acquisition des studios indépendants comme Obsidian, Double Fine ou encore Ninja Theory. Il s’agit de la seconde plus grosse acquisition dans l’histoire du jeu vidéo, derrière les 8,6 milliards déboursés par le Chinois Tencent pour mettre la main sur Supercell (Clash of Clans) en 2016. A titre de comparaison dans le monde de l’entertainment, Disney avait payé 4 milliards de dollars pour Marvel en 2009 et autant pour Lucasfilm en 2012.

23 studios dans l’escarcelle de Microsoft

Avec ce coup de force l’entreprise américaine prend une option sérieuse dans la guerre des exclusivités face à Sony, à deux mois de la sortie de la Xbox series X et de la Playstation 5. En rachetant ZeniMax Media, Microsoft acquiert au total 23 studios, dont Bethesda Softworks, Bethesda Game Studios, iD Software, ZeniMax Online Studios, Arkane, MachineGames, Tango Gameworks, Alpha Dog et Roundhouse Studios. Avec autant de nouveaux studios, qui s’ajoutent aux 15 Xbox Game Studios, Microsoft va pouvoir plus facilement renforcer le catalogue de son abonnement Xbox Game Pass avec des sorties plus fréquentes.

Une bouée de sauvetage pour Bethesda

La firme fondée par Bill Gates et Paul Allen annonce d’ailleurs souhaiter ajouter toutes les franchises de ZeniMax dans le Game Pass, notamment Starfield, le prochain jeu de Bethesda, et sa première nouvelle franchise depuis Fallout et Elder Scrolls.

Ce rachat va également faire du bien à Bethesda, qui a enchaîné les revers ces derniers mois. Si on met de côté le succès de DOOM Eternal cette année, l’éditeur a enregistré une année 2019 compliquée avec les déboires interminables de Fallout 76 et l’échec à la fois critique et commercial de Rage 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *