Une personne jouant à un jeu sur smartphone.

 

L’industrie des jeux vidéo représente à elle seule la moitié des sommes générées par le secteur du divertissement en 2020, selon une étude de TechNet. Elle n’a donc pas été frappée de plein fouet par la crise sanitaire liée au coronavirus comme l’a été la musique ou le cinéma.

Une progression de 11 milliards de dollars sur un an

Le secteur des jeux vidéo a enregistré sur l’ensemble de l’année 2020 un montant total de 163 milliards de dollars (un peu plus de 137 milliards d’euros), soit une progression de 11 milliards de dollars (un peu plus de 9 milliards d’euros) sur un an, selon une étude de la société spécialisée dans le recrutement TechNet. Il doit en grande partie sa bonne forme aux titres gratuits, tels Fortnite ou Call of Duty Mobile.

L’industrie vidéoludique n’a donc pas été frappée de plein fouet par la crise sanitaire liée au coronavirus. Contrairement à la musique ou au cinéma, elle en a plutôt profité pleinement, grâce notamment au confinement. Tout le monde cherchait à se divertir davantage depuis son domicile. On dénombre ainsi 2,5 milliards de joueurs dans le monde actuellement. Le rapport de force est évidemment favorable à la Chine où en compte 500 millions. L’UE et les États-Unis suivent avec respectivement 243 et 167 millions de gameurs.

200 milliards de dollars attendus en 2023

Il ne s’agit pour l’heure que d’une estimation et le chiffre avancé par TechNet pourrait encore gonfler avec la commercialisation des consoles de nouvelles générations PlayStation 5 de Sony et Xbox Series X de Microsoft. Cette étude rejoint finalement les conclusions du rapport de la société Juniper Research publiée en septembre dernier. Ses analystes prédisent une croissance régulière au secteur qui pourrait générer 200 milliards de dollars en 2023, contre 155 prévus pour l’année 2020. Ils évoquent aussi une archi-domination des jeux gratuits dans les téléchargements mobiles à venir. Ceux-ci devraient représenter 99 % du total de ce type d’opération « dans les trois prochaines années ».

Le cloud gaming devrait également continuer de croître. Si Stadia peine pour l’heure à décoller, le Xbox Game Pass semble déjà avoir trouvé son public. Plus récemment, Amazon a dévoilé son nouveau service Luna, déjà disponible en early access. Quant à Facebook, il a choisi de proposer une version beta de sa plateforme gaming à certains utilisateurs américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *