La Poste a annoncé la sortie d’un « timbre digital » qui devrait voir le jour courant 2023. Il viendra en remplacement au timbre classique sur les courriers. Le « timbre digital » permettra d’affranchir un courrier facilement et rapidement depuis son smartphone.

« C’est comme une lettre à la poste au temps du numérique », apprécie, Nathalie Collin, patronne de la branche Grand Public et Numérique de La Poste.

Plus besoin d’acheter un timbre ni de le coller. À partir de 2023, une simple connexion à l’application La Poste suffira pour affranchir sa correspondance pour des envois de courriers à destination de la France. En cours d’expérimentation, le dispositif permettra d’affranchir un courrier en temps réel, de jour comme de nuit. L’achat est possible grâce à l’application La Poste. Il se présente sous la forme d’un code alphanumérique de 8 caractères à usage unique à inscrire au stylo sur une enveloppe. Le code coûtera 1,16 €, soit, le même prix que le timbre vert, et n’est valable que pour les lettres pesant moins de 20 grammes.

Pour s’assurer de la sécurité du « timbre digital », La Poste a fait appel à Probayes, sa filiale spécialisée dans l’intelligence artificielle. Elle développera un générateur de code sécurisé (très complexe) qui permettra de réduire le nombre de fraudes. Quant aux collectionneurs de timbres, ils n’auront pas à s’inquiéter. La Poste n’entend pas remplacer le système actuel par des timbres numériques. Et cette technologie, déjà utilisée en Suisse, doit être validée par l’ARCEP (Autorité de régulation des Communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse).

Nathalie Collin veut renforcer l’omnicanalité et les synergies entre le réseau des bureaux de poste  et son écosystème digital articulé autour du site web laposte.fr ainsi que l’application mobile La Poste. Elle a annoncé que sa compagnie va engager un plan d’investissement de 800 millions d’euros. Selon la patronne de la branche Grand Public et Numérique de La Poste, 500 millions serviront à la rénovation de tous les bureaux de la poste d’ici 2027. Et 300 millions d’euros seront consacrés parallèlement au renforcement des connexions entre le réseau des bureaux de poste et les services numériques du groupe public. Ce qui facilitera : les prises de rendez-vous, les mises à jour des horaires d’ouverture en temps réel, la mesure et le suivi des colis, les visioconférences et bien d’autres. 

Aujourd’hui, La Poste compte 17 000 points de contact, dont 7 000 bureaux de poste, 7 000 agences postales communales et 3 000 relais poste-commerçant. Avec les points-relais et consignes, elle compte 35 000 points de service. L’objectif de Nathalie Collin est d’aller au-delà, atteindre les 40 000 points de service d’ici 2025. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.