Consoles blanches et noires.

 

Au Japon, les joueurs font face à une pénurie de consoles de jeux PlayStation depuis plusieurs mois. Cette situation favorise le phénomène de « ventes guérilla », autrement dit des ventes à l’improviste pour éviter des foules. Cette pratique devrait persister malgré l’annonce récente de Sony d’accélérer la production de sa PS5.

Au Japon, il est de plus en plus difficile de trouver une console de jeux Xbox (Microsoft), Switch (Nintendo) et surtout de Playstation (Sony) dans les boutiques électroniques. Pour obtenir une machine, les joueurs sont contraints de se planter devant les magasins très tôt le matin. Mais au fil des semaines, les files d’attente se sont rallongées, notamment à Akihabara, un quartier très « geek » de Tokyo. Ainsi, il arrive régulièrement que les gamers retournent chez eux bredouille.

Problèmes de production et d’acheminement

Cette situation est due à une pénurie de consoles de jeux. En effet, depuis novembre 2020, les fabricants (Sony, Microsoft et Nintendo) font face à une perturbation des chaînes d’approvisionnement. En cause, la pandémie du nouveau coronavirus et les confinements successifs en Chine, un carrefour de la tech mondiale. Chez Sony, les problèmes de production et d’acheminement s’ajoutent à la stratégie du groupe de se concentrer sur les jeux sur mobile, face à la baisse de l’intérêt pour les consoles au Japon. Aussi, a-t-il choisi de servir en priorité les marchés européen et nord-américain au début des années 2010. Aujourd’hui, seulement 5 à 8% des quelque 20 millions des consoles de jeux PS5 sont vendues sur le territoire nippon.

« Guerilla sales » contre « scalping »

La faiblesse de l’offre a fini par faire de la console un objet de spéculation. Des personnes achetaient alors une Playstation pour la revendre à un prix plus élevé. Pour lutter contre ce phénomène appelé « scalping » et en même temps éviter le chaos provoqué par les foules devant les magasins, les boutiques ont choisi de vendre leurs consoles sans avertissement, au gré des arrivages aléatoires. Cette pratique est baptisée « vente guérilla » ou « guerilla sales » en Anglais. Le terme a fait son apparition au Japon dans les années 2000 quand la console Nintendo DS se faisait rare en raison de son franc succès.

Des sites solidaires pour aiguillonner les gamers

Certaines enseignes vont au-delà des simples ventes surprises. Par exemple Yodobashi Camera, un détaillant d’électronique grand public, a choisi de vendre les consoles de manière irrégulière seulement aux clients disposant de sa carte de crédit. Face à cette stratégie des vendeurs, les consommateurs ont misé sur la solidarité. Quelques-uns ont eu l’idée de créer un site internet et d’agréger dessus des informations recueillies sur le terrain par des particuliers. Grâce à ce genre de plateforme, les consommateurs savent toujours quand des consoles arrivent sur le marché et dans quels magasins.

Une augmentation de la production en vue

Il y a même des sites qui contiennent un calendrier hebdomadaire, permettant aux utilisateurs de savoir où aller et quand. Ils peuvent également avoir accès à des informations pratiques. Par exemple des indices sur les meilleures heures et positions pour faire la queue devant chaque magasin.

Si cette solidarité aide à dénicher une console ici et là, elle ne résout pas le problème de la pénurie. Il appartient aux fabricants de relever ce défi. En particulier Sony, qui a annoncé fin mai dernier vouloir augmenter significativement sa production après des mois d’austérité Sony. Le groupe nippon a toutefois fait comprendre qu’il n’y aura pas d’approvisionnements massifs en PS5 avant la deuxième moitié de 2023. Le calvaire continue donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.